Vous êtes ici : Accueil > Enseigner > Classe de 5e > Géographie > Les inégalités devant la santé
Publié : 15 janvier 2013

Les inégalités devant la santé

Le cours (en version longue) et les documents

GÉOGRAPHIE 2e partie :
DES SOCIÉTÉS INÉGALEMENT DÉVELOPPÉES

Thème 1 : Les inégalités devant la santé.

Quels sont les liens entre santé et environnement ?
Quelle égalité entre les pays riches et les pays pauvres ?
Est-ce un atout de vivre dans un pays à faible empreinte écologique sur le plan de la santé ?

Introduction : la qualité de vie s’est grandement améliorées dans les pays riches.

En Europe, on a longtemps connu de grandes épidémies : peste (environnement, rats), choléra (eau), tuberculose. Au XIXe on fait le lien entre les maladies et les conditions de vie des populations : logement, déchets, eau... Peu à peu, les villes se transforment grâce à l’action des « hygiénistes » qui équipent les villes de réseaux d’eau potable et de réseaux d’égouts, qui rasent des quartiers insalubres et organisent le ramassage des déchets.

Aujourd’hui, l’Europe est une région développée et les populations bénéficient de revenus élevés, ont accès aux soins, à l’éducation et sont en général en bonne santé (= fort IDH).

Carte de l'IDH (2011)

L’IDH dans le monde en 2011 (source Wikipédia)

I – Le poids de l’environnement.

La situation sanitaire dans les pays du Sud, à faible IDH, est très différente. Encore près de 2 milliards d’humains n’ont pas accès à l’eau potable ce qui explique que depuis 10 ans il y a eu 90 épidémies de choléra dans les pays en développement. 10% des populations du sud sont infectées par des vers intestinaux et le trachome cause la cécité de 6 millions de personnes.

L’environnement n’est pas maîtrisé et la santé des habitants est durement touchée.

L’environnement dans les pays en développement
Conséquences sur la santé des populations
Difficultés d’approvisionnement
Eau plus ou moins potable
Absence d’assainissement des eaux usées
Diarrhées, maladies parasitaires (amibiase, vers intestinaux), poliomyélite, hépatite A
Eau de surface polluée
Déchets non collectés
Moustiques : vecteurs de maladies parasitaire, de paludisme, de maladies virales (dengue)
Surpeuplement des logements
Pollution domestique, fumée

Maladies respiratoires, cancers du poumons

Exposition à des substances toxiques
Pollution automobile ou industrielle
Maladies respiratoires, maladies de peau, cancers, saturnisme, allergies
Mode de production et de conservation des aliments humains et animaux non satisfaisants Cancers, maladies parasitaires et infectieuses
Dégradation des écosystèmes, catastrophes naturelles, désertification Malnutrition, épidémies
Changements climatiques Effets multiples : développement et extension de maladies parasitaires virales, augmentation possible de l’insécurité alimentaire.

D’après J-M Amat-Roze, in Le développement durable,
sous la direction de Y. Veyret, Paris, SEDES, 2007.

Dans les pays riches, les problèmes de santés sont plutôt dus à des pollutions et il est souvent difficile d’établir un lien entre l’environnement et l’état de santé des populations.

II - La santé montre les inégalités socio-économiques

  • Entre le Nord et le Sud

Exemple d’un pays en développement :
le Cameroun
Exemple d’un pays développé :
la France
Dépense de santé par habitants et par an (en dollars) en 2004
entre 50 $ et 150 $
entre 3.000 $ et 6.000 $
Nombre de médecin pour 10.000 habitants
2 (en 2007)
30 (en 2011)
  • Entre les zones urbaines et rurales

En France (2004) :
Picardie : 25 médecins pour 10.000 habitants
Ile-de-France : 42 médecins pour 10.000 habitants

  • Entre les pays producteurs de produits pharmaceutiques et les autres.

Fabriqués principalement par les pays riches (USA, Canada, Europe, Japon) ils sont peu distribués dans les pays en développement. Le marché des faux médicaments y est très important.

  • Entre riches et pauvres

Même si les populations vivent mieux, il y a un écart de plus en plus grand entre les populations riches et pauvres d’un même pays.

III - Que faire ?

De nombreuses organisations se mobilisent, qu’elles soient internationales, non gouvernementales (ONG), ou d’initiatives privées. On peut citer par exemple le FMI, La Bill & Melinda Gates Foundation, l’Institut Pasteur, Médecins sans frontières...

Elles peuvent intervenir dans trois domaines : la prévention, le soin aux malades, la lutte contre la maladie.
Quels ont été les acteurs et leur action pour lutter contre l’épidémie de choléra au Cameroun en 2004 ?

Partenaires

Apports

Organisation mondiale de la santé (OMS)
Logo de l'OMS

Mise à disposition d’un épidémiologiste et d’un chargé de communication pour améliorer l’impact des messages de prévention.

Organisation allemande de coopération technique
Logo GIZ

Appui en épidémiologie (personnels et matériels)

Croix-Rouge
Logo Croix Rouge Française

Sensibilisation des populations concernées
Prise en charge des cas déclarés

Médecins sans frontières (Suisse)
Logo Médecins sans frontières

Assainissement des eaux
Prise en charge des patients

Amélioration des qualités de soins

Coopération française

Expertise médicale et personnel médical
Appui financier (40.000 €)
Fourniture de produits d’hygiène
Formation

D’après E. Dorier-Apprill, Ville et environnement, Paris, SEDES, 2005.

IV - Le cas du SIDA

Pourcentage de la population touchée par le virus du SIDA en 2008

Le sida dans le monde en 2008

Source : http://www.populationdata.net/ d’après l’OMS

  • Quelle importance ?

Le SIDA est une épidémie qui touche toute la planète. En 2007, il y avait 33 millions de personnes infectées par le virus.
L’Afrique sub-saharienne est la plus touchée : un quart de la population adulte est touchée. En grande partie en raison de la contamination de la mère à l’enfant, entre 20 et 58% des décès d’enfants de moins de 5 ans sont dus au SIDA.

  • Quelles conséquences ?

Conséquences démographiques : diminution de la population, baisse de l’espérance de vie, faiblesse de la population active
Les pays s’enfoncent dans la pauvreté : pertes de revenus, augmentation des dépenses de santé, orphelins très nombreux, baisse de la production agricole, pénurie de main d’oeuvre, absentéisme du à la maladie, baisse de productivité...

V - Conclusion

Depuis 1966 la santé a été reconnue par la Charte Universelle des droits de l’Homme comme un droit universel des populations.
Santé, développement et hygiène sont étroitement liés. L’état de santé des populations est un indicateur des inégalités.
Une santé de qualité est un préalable au développement durable.


Pour en savoir plus, vous pouvez consulter la brochure "Savoir pour sauver" édité par l’UNICEF (version en ligne ou .pdf téléchargeable)

Documents joints